29 février 2012

L'entrée : Un vrai foutoir !

Emplie à ras bord et jusqu'au plafond, c'est l'entrée de l'appartement. S'y entassent, pêle-mêle, des trophées tropicaux, d'improbables gazelles, des défenses d'éléphants, une hure de phacochère à strabisme divergeant... Sur le mur de droite, un très beau cabinet laqué rouge sang, rapporté du Tonkin. Mur mitoyen avec les toilettes : une collection de patins à glace dont le plus ancien remonte au 15e siècle, le plus récent datant du dernier championnat du monde de hockey sur glace à Budapest 2011. S’y entremêlent aussi des skis et... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2012

Le temps d'un instant pour soi

Dans mon grenier il y a : ma mémoire oubliée. Une fenêtre sur dehors et sur demain. Un vieux canapé,  Un piano désaccordé. De la poussière,  Mon vieux rocking-chair. Le calme et la tranquillité,  Ma chatte sait s’y réfugier. Mes vieux livres sur l’étagère. Chaleur l’été, froid mordant l’hiver, Jamais de souris, parfois un pigeon égaré. Il m’arrive encore d’y monter.   Et mes mains sont alors heureuses de s’aventurer ainsi dans tout ce fouillis. Tiens ! Mes vieux carnets du « Zinc de... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2012

La porte

J’étais usé, hors de mes gonds. Cela faisait bientôt quatre semaines que je courrais après le crime dans ce dossier où rien ne filtrait. Mais, en cet instant, j’étais au pied du mur, face à cette porte, occultant ma vie privée pour appréhender le suspect.  L’interpellation classique. Sauf que, dans ce métier, avant d’ouvrir une porte il faut s’attendre à tout. Ceux qui l’ont oublié se font vite envoyer dans les cordes. Dans cette putain de ville ouverte aux vices, la nuit, il n’y a pas de bons privés, il n’y a que de vieux... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 février 2012

Les œufs

Pour une raison de logistique je devais sonner chez la voisine du neuvième. Manquant d’œufs mes crêpes étaient en mauvaise voie… Mais la porte s’ouvrit sur une enfant et, en un instant fugace dû à l’effet de surprise, je vis en elle… Il me sembla que ce fut une compréhension profonde et que nous avons un même regard sur un même monde malgré des âges différents. Elle a huit ans, j’en ai trente deux. Nos regards se sont croisés, nos âmes se sont saluées tels deux lézards hochant la tête. En dehors du présent, en un éclair traversant... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 08:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2012

vœux déroulés

Cadavre exquis, découpages savants et rimes Les tracas de 2011 partent en fumée Pliages et découpages bien organisés Que tout se passe comme dans un rêve comme si le monde était léger Comme les bulles de champagne rosé Tout au long des mois, se laisser porter sans jamais s'emporter Mais surtout sans se presser Non, non, ne plus courir par pitié ! Avoir un été… ensoleillé comme le rire d'un enfant et la houle d'un champ de blé Se laisser porter, carpe diem, jusqu'à la fin de l'année Sans ratés !  Vivez-la comme vous... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 janvier 2012

Le grenier

Je ferme la porte après avoir grimpé l'escalier en colimaçon. Le grenier silencieux m'accueille. Le soleil filtre au travers des lucarnes. Je m'assieds sur la bergère cramoisie en faisant attention à son équilibre instable. Enfin seule !...  Je n'en pouvais plus de cette journée interminable. Au bureau l'ambiance était électrique, les clients au téléphone imbuvables et une migraine tenace m'a tenue toute la journée. Lorsque je suis sortie pour déjeuner, il pleuvait des cordes et j'ai cassé l'un de mes talons. Pratique pour... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 janvier 2012

Phrases imposées

Elaborer un texte en y incluant une phrase imposée (écrite par quelqu’un d’autre)  « Un tien vaut mieux que deux tu l'auras » La taille bardée de bombes, Abdel s'avance vers le marché. L'imam lui a promis, s'il meurt en martyr 7000 vierges l'attendront au paradis. C'est un peu beaucoup OK mais il n'est pas obligé de les consommer toutes en un seul jour !... Soudain son regard croise celui d'Aïcha. Qu'est ce qu'elle est belle... Elle lui sourit et soudain il abdique. Après tout un tien vaut mieux que deux tu... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2012

Le salon

Je pénètre dans le salon feutré étrangement silencieux. De lourdes tentures jaunes retombent le long des portes-fenêtres à petits carreaux. Une épaisse moquette blanche recouvre le sol et me donne envie de me déchausser pour enfoncer, avec volupté, mes pieds nus, dans l'épais duvet. Au milieu de la pièce, contre le mur, trône une magnifique cheminée en pierres de Bourgogne blanches dans laquelle des bûches incandescentes crépitent. Je m'approche de l'âtre et une bienfaisante chaleur m'envahit. Une méridienne en velours grenat semble... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2012

La salle à manger

Elle est petite mais de proportions harmonieuses. Les rideaux fluides de la fenêtre laissent voir le jardin. Une composition florale de saison occupe l’angle gauche de la pièce. L’épais tapis gris-bleu est aux dimensions des lieux. Une grande table de verre rectangulaire, nue et froide, touche le mur du fond. L’éclairage dur tombe d’un rail qui serpente au-dessus de la table. Quatre sièges de plexiglas pliés occupent l’angle près de la porte coulissante translucide qui mène, vraisemblablement à la cuisine. Dans l’angle opposé, une... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2012

La porte (mot imposé "révélation")

Bon, j'y suis, je ne peux plus reculer. Je suis tétanisée devant cette porte laquée bordeaux. Elle est belle, j'en conviens, avec sa poignée ouvragée en laiton. Pourtant ce n'est pas un coup de foudre esthétique qui m'arrête, c'est le stress... Un stress immense et incontrôlable. Derrière cette porte se trouve Guillaume. Nous nous sommes quittés il y a 10 ans sur un malentendu, après quelques mois d'une liaison passionnée. Il a été muté ensuite au Brésil et un orgueil réciproque et ridicule a achevé de creuser le fossé qui nous... [Lire la suite]
Posté par le zinc à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :